Autres publications

Autres publications

RIOV / VOIR, livre d’artiste, Éditions area, 2004

« Ce livre, montre toutes les oeuvres des collections permanentes du musée d’Abbeville, un catalogue,
autrement dit. Et vous disiez, Principe, qu’il est narratif, ai-je dit ?
— D’essence narrative, oui, a dit Alexandre-Principe : première image de la première oeuvre : on a
regardé l’oeuvre, on a fermé les yeux. Que voit-on ? Deuxième image, un temps plus ou moins long
après, les yeux toujours fermés : Que voit-on maintenant ? Deuxième oeuvre, troisième, etc. pareil.
L’éternelle l’histoire de ce qui disparaît à la vue.
— Quand la vue ferme les yeux, ai-je dit. »

 

Tentative pour représenter l’oubli des pensées, livre d’artiste, Éditions area, 2007
« La représentation se fait sur la scène d’un théâtre. — La scène est grise. — Le théâtre est indistinct.
— Les comédiens sont là, mais on ne les voit pas. — Ils disent leurs textes, mais on ne les entend pas.
— Oui, à la différence près qu’ici, la scène du théâtre, ce sont les pages du livre. »

 

Manuscrit ou Les mains du vieux Maître, livre d’artiste, Éditions Jean-Pierre Huguet, 2010

« Elles, tremblaient, avons-nous lu, ces mains. — L’esprit aussi tremblait, si l’on peut dire. — Comment
le vieux Maître pouvait-il seulement écrire ou peindre ? — Le jeune disciple, devenu un vieil homme à
son tour, raconte le tremblement de ces mains et l’ébranlement de l’esprit. Il le fait par l’écriture du
Manuscrit. — Ou par le dessin. — écriture ou dessin, nous nous sommes souvent posé la question.
— Nous n’y avons jamais répondu. »

 

Bernard Ollier exagère la Tour Eiffel, Pierre Mainard, 2018

« Qui, dites-vous ? Qui « exagère la Tour Eiffel » ? C’est une de vos devinettes ? Eh bien, je
dirais… Guillaume Apollinaire ? — Ah oui : Bergère, Ô Tour Eiffel le troupeau des ponts bêle ce matin…
oui, bien sûr, mais non. — Robert Delaunay, alors ? — Non plus. — Sa femme Sonia, en
décoratrice de produits dérivés, tabliers, torchons et serviettes, page 22 ? — Pas davantage. —
Et si je disais… Raoul Dufy, page 22, pareil ? — Vous n’y êtes plus ! : c’est tout bêtement Bernard
Ollier qui exagère la Tour Eiffel. — Alors là, c’est vous qui exagérez, je le sais bien que c’est
Bernard Ollier, puisque c’est le titre qui le dit ! Mais le titre ce n’est qu’un titre, et tout ça ne
nous dit pas qui est l’auteur du titre. — Ah ça, par exemple ! Vous avez raison, l’auteur. L’auteur,
c’est juste, il n’y en a pas… mais qu’à cela ne tienne, il n’est pas trop tard, on va vous l’ajouter et
je vais vous dire : on ne va pas se compliquer la vie. »