Publication de l’Épreuve

Publication de l’Épreuve : liste générale des livres parus

Exposition d’une lecture ] [ Lecture d’une exposition

« Le lecteur, on l’aura compris, ai-je dit, c’est le Baudelaire de l’Atelier du peintre peint par Courbet.
— Il est joué par Nestor… qui s’endort en lisant, a dit Alexandre-Principe Laval.
— Mais comment se fait-il, ai-je dit, que Nestor, fasciné par la lecture adorée de ce qu’il écrit s’en endorme aussitôt ?
— Eh bien, c’est que la lecture est un sommeil, a dit Alexandre-Principe Laval. Un sommeil, pas autre chose. Elle est l’illusion du texte comme le rêve l’est de la réalité. Et quand d’aventure elle se confond avec le texte, elle ne le fait que comme le rêve croit le faire d’avec la veille…
— C’est ce qu’on vérifie quand on expose sa lecture, ai-je dit. »

Page 7 ] [ et 8

« Page 7 et 8 ? Ah ça, par exemple, Principe, ces deux pages, déjà, que sont-elles ?
— Par exemple, a dit Alexandre-Principe, elles sont un roman de 109 minuscules chapitres qui raconte l’histoire de la lecture de deux pages qui n’existent pas…
— Rien que ça, ai-je dit.
— … Et ce n’est pas tout ! Elles sont aussi un catalogue de 109 Épreuves de lecture sur papier… Une exposition de 109 témoignages cinématographiques de la destruction de ces épreuves par le feu… Une thèse universitaire en 109 ressassements… Un poème qui reprend 109 fois son rêve inconsistant… Un traité de phénoménologie regroupant 109 notes consécutives d’un lecteur sur sa lecture… Une pièce de théâtre en 109 scénettes.
— Ça fait un peu beaucoup pour deux pages qui n’existent pas, ai-je dit !
— Oui, a dit Alexandre-Principe. Et encore, je ne vous dis pas l’opéra de 109 choses que ça pourrait être ! »

Livre d’ennui ] [ Équivalent d’une exposition

« … Oui, mais l’ennui, Principe ? L’ennui, que faites-vous de l’ennui ?
— L’ennui est d’abord ennuyeux, c’est le cas de le dire, a dit Alexandre-Principe. Ensuite il se laisse apprivoiser. Bientôt, à vivre avec lui à longueur de temps, on s’en fait un compagnon. On s’installe dans son intimité… Vous vous souvenez du Livre d’Ennui que nous avons publié de notre auteur ? … Alors ?
— Le Livre d’Ennui… Je n’y ai pris que très peu de part, ai-je dit.
— Ce n’est pas l’impression que j’en ai eu. Je me souviens au contraire, que nous avions fini par dire que pour peu qu’il se prolonge indéfiniment, l’ennui devient la plus captivante source de contentement, a dit Alexandre-Principe.
— Si vous le dites, ai-je dit. »

Représentation d’une lecture ] [ du Livre d’Ennui

« Quand je regarde le spectacle du théâtre de toute lecture, a dit Alexandre-Principe, je vois un personnage A entrer B et s’asseoir de même. J’entends que sa lecture dit à son reflet ce que le reflet répond de lui-même au sien propre, et sa réponse le lui parle pareil. Cela fait comme quiconque peut se voir lire : il se voit reflet d’un personnage dans la lecture d’un autre qui lui renvoie l’illusion de ce qu’il lit comme dans la théorie émise par la lueur chaleureuse d’une lampe faite de deux abat-jour qui semblent s’emmêler de leur unique ampoule, à moins que ce ne soit dans la supposition d’une clarté d’une double ampoule qui éclairerait la scène de son unique lampe.
— C’est beau, Principe, ai-je dit. C’est beau, ce que vous voyez. »

L’Atelier du peintre ] [ Roman d’une exposition disparue

Quoi ? Exposer un roman ? « Enfantin », aurait dit Poujalon qui a réponse à tout. Admettons. Mais le roman du tableau de Courbet : exposer le roman d’un tableau ! « Pas plus compliqué que d’exposer le roman de n’importe quoi ». Bon, peut-être… mais d’un tableau qui s’effacerait, comment dire, d’un tableau dont l’exposition aurait été peu à peu abandonnée si bien que lui, le tableau, il aurait carrément disparu. Sans se démonter, « Alors là, bête comme chou ! », aurait répondu Poujalon…

Archives disparues ] [ Fragments d’une reconstitution illusoire

« Concrètement, Principe, que peut-on voir d’une reconstitution d’archives disparues, ai-je dit ?— Rien a dit Alexendre-Principe, sinon que chaque document “reconstitué” comprend en entête son numéro d’ordre, son titre et en pied sa légende ou sa description, les informations sur sa destruction et son référencement dans l’Inventaire général… Entre les deux, l’espace central montre le vide de ce qui a disparu.
— On s’en serait douté, ai-je dit.»

Indices ] [ Enquête sur la mort d’un artiste

Quoi ?
Maintenant, c’est une fin tragique de chose que l’on reprend depuis le début pour y voir passer quelques indices. Quelques renseignements pour y voir tenter d’éclaircir les motifs d’un assassinat. Un meurtre sauvage perpétré sur la personne d’un artiste. Un peintre et sculpteur. Plutôt sculpteur que peintre, d’ailleurs. Et assez médiocre. Werwee. Franck Werwee. Je ne connais pas le coupable. Je compte au moins 13 suspects, et le travail est encore loin de sa longueur la plus proche. Mais quand on est trouvé devant un crime, la police logique veut que l’on en comprenne d’abord. On se consistera donc à passer et repasser en revue quelques unes de l’ensemble des personnes qui, de près ou de loin, directement ou indirectement, nous y aideront et ce n’est pas une chose de plus.
Ni plus une de moins.

Œuvres supposées ] [ du vieux Maître

… Et c’est ainsi que l’on put voir au musée – mais le vit-on jamais ? – un cartel isolé, placé à côté de rien de spécial. Ce cartel portait le titre de Tintouin et le sous-titre d’Œuvre supposée, … une des 59 du vieux Maître.

Œevrus seppaséus ] [ de viuex Moîtru

Que de fois ai-je entendu peindre le vieux maître à ce qu’il disait voir ! Immanquablement, suivait le charabia de tout ce qui se présentait au silence des paysages, des portraits, ou des natures mortes de sa vue… Ce n’est que beaucoup plus tard que je me suis moi-même entendu voir les mêmes paroles. Mises en vis-à-vis et forcées à un dialogue de sourds, elles ne formaient pour tout dire qu’un tableau d’enchevêtrements de choses qui parlaient à leur oubli sans mots véritables.
… Et c’est ainsi que me devinrent définitivement absentes les œuvres du vieux Maître qui n’étaient jusque là que des suppositions.

Humans ] [ Animals

Les Épreuves. “Épreuves de la mort des Animals”, “Épreuves de la mort des Humans,” “Épreuves momentanées des Persons”… c’est ainsi que sont répertoriées les choses de ce livre… et de l’exposition dont ce même livre est pour ainsi dire le catalogue.
« Ces épreuves, nous, nous eussions préféré les gratifier du titre d’œuvres, tout simplement, ai-je dit.
— À supposer qu’elles en eussent le mérite, a dit Alexandre-Principe Laval.
— De toute manière, nous n’avons pas eu droit au chapitre, ai-je dit : épreuves elles sont, épreuves elles restent. »
— Et les Épreuves, sont ici des citations puisées dans des romans. Elles concernent les Humans, les Animals et les Persons qui passent dans l’écriture des livres du monde. Toutes racontent l’histoire, le défilement sans fin du nombre de leurs morts, a dit Alexandre-Principe.

Œuvres inexistantes] [une exposition

« … Un jour, il y a longtemps, – mais je suis étonné de votre air étonné… un jour, vous m’avez dit à peu près ceci : Nous ne serions rien sans “les infinis” de tout ce qui n’existe pas. Et je crois même que vous avez ajouté : Ce qui nous fait être (ou bien ce qui fait de nous des êtres), n’est rien d’autre que tout ce qui n’est pas encore et que tout ce qui n’est plus.
— Les infinis de tout ce qui n’existe pas, vous êtes sûr, Principe ? J’ai dit cela, ai-je dit, moi, ça ne me dit rien. »